Les différentes recherches scientifiques sur l'autisme

Aissa hamada nous dévoile les recherches sur l'autisme

Le bilan annonce une prévalence alarmante en ce qui concerne l’autisme dans le monde ! Un enfant sur 100 est atteint de cette soi-disant maladie provoquant la déstructuration de la famille. Il apparaît  actuellement que l’autisme n’a aucun remède même après de nombreuses années de recherches. Il  ne tue pas certes,  mais il fait souffrir un enfant autiste.

L’autisme, un handicap qu’Aissa Hamada décrit comme nécessitant une recherche approfondie

Ce trouble est reconnu comme un  handicap qui peut détruire l’état de santé de sa victime et son cercle familial, génère des souffrances et l’isole. Des recherches pourraient un jour percer les compétences et les moyens de combattre cette maladie.


Tout le monde  a le devoir de mobiliser et de dynamiser l’énergie collective afin de lutter contre ce fléau. Les  chercheurs, les médecins, les associations des personnes atteintes et les malades eux-mêmes ont le devoir d’avancer ensemble, selon Aissa Hamada (Voir son profil), un volontaire qui lutte contre ce mal.

La recherche apporte de nouveaux espoirs et progresse chaque jour, que ce soit dans le territoire français ou dans les autres pays. Les découvertes récentes, l’ocytocine et la mélatonine montrent qu’il est possible de lutter et de réduire les souffrances, explique Aissa Hamada.

Les prises en charge

La problématique de l’autisme est constituée de trois niveaux bien distincts : le diagnostic de la personne atteinte, la prise en charge du malade, la recherche et la thérapie. Ce sont des solutions indispensables pour permettre l’intégration scolaire et sociale de l’enfant, selon les enquêtes d’Aissa Hamada.

Les différents travaux dans le monde pédagogique et éducatif constituent des pistes intéressantes nécessitant le déploiement de stratégies d’évaluation qui permettent de conclure à l’adaptation de leur application dans le programme de la prise charge.

Les moyens disponibles sont encore insuffisants aussi bien sur le plan qualitatif que quantitatif. Actuellement, il y a peu de centres appropriés à la problématique spécifique de prise en charge d’un autiste.

Les manques touchent aussi bien les jeunes enfants et les petits d’âges scolaires que les adultes. C’est une pathologie qui est considérée comme pouvant entièrement affecter le développement d’un enfant avec des troubles dans divers domaines cognitifs.

Cette problématique implique une prise en charge globale ayant pour but le déploiement de recherche sur des domaines comme les compétences sociales, la communication non verbale, le langage, l’acquisition de l’autonomie et la reconnaissance d’autrui.

Le  PECS ou Picture Exchange Communication System (Système de communication par échange d’images

Le PECS a été créé pour les enfants autistes par un thérapeute et psychologue américain. Ce programme a été mis en place  pour répondre aux difficultés d’enseignement de ces petits puisque la plupart d’entre eux n’ont aucun langage acceptable ou socialementfonctionnel.

Ce thérapeute confirme que l’autisme est un dysfonctionnement de la communication et non une perturbation du langage. Le PECS est donc un système de communication pour les malades qui ont des soucis à s’exprimer oralement.

Ils peuvent l’utiliser quels que soit leur âge puisqu’il n’y a pas d’aptitude requise pour commencer le système, confirme Aissa Hamada.

D'autres articles d'Aissa Hamada

Prévention et traitement de l'autisme

×