Les plus belles voitures de collection d'Aissa Hamada

Aissa Hamada et les voitures de collection

Une voiture de collection est un ancien modèle de véhicule âgé d’au moins 30 ans. Ce terme est sujet à diverses opinions qui suggèrent le mot « collection » en fonction de l’âge, du genre, de la marque, du modèle et de l’histoire de la voiture.

La définition exacte est « véritable chef-d’œuvre, qui transcende toutes les époques ».

Ces véhicules ont été conçus en édition limitée et leur valeur augmente au fil du temps. Leur acquisition est donc difficile, ce qui est parfait pour les amateurs en tout genre.

La différence entre Collection et Youngtimers selon Aissa Hamada

Les voitures de collection sont des voitures anciennes, des ancêtres de l’automobile, des old-timers, etc. Cette idée de collectionner des voitures débute en 1930 avec la création de clubs de passionnées d’automobile en France et en Angleterre (le Veteran Car Club of Great Britain).

Le terme collection accordé à une automobile est en rapport avec sa côte de popularité, sa rareté, son histoire et ses différentes notations. Toutes ne peuvent donc pas prétendre à ce terme.

Celles qui portent cette appellation répondent à certains critères dont la valeur, l’intérêt historique et l’utilisation, elles ne doivent pas être utilisées selon sa destination finale.

Sur son blog des voitures de collection, Aissa Hamada livre les trois grands critères de définition établis. Les véhicules doivent avoir plus de 30 ans d’existence et correspondre à un modèle de production limitée (pour déterminer sa rareté). Ils doivent aussi se trouver dans leur état d’origine sans aucune modification, les restaurations ne doivent toucher ni le châssis, ni la carrosserie, ni le moteur, etc. Ils doivent également avoir participé à un évènement historique comme une course automobile et disposer d’un palmarès sportif remarquable (pour les voitures de sport uniquement).

Les Youngtimers sont des voitures qui ne sont plus produites depuis au moins 15 ans et qui ne font pas encore 30 ans d’existence. Elles sont trop récentes pour être considérées comme des collections.

Une Youngtimer se définie par son âge, son type et par son état qui doit être le plus proche possible de l’origine. Les « Youngtimers » sont moins chères comparées aux voitures de collections.

Photo prise par Aissa Hamada lors du salon de l'auto ancienne

Une voiture peut être appelée « Youngtimer » selon certains critères. Elle doit voir un certain succès, comme la 205 GTI, être rare à l’instar de la luxueuse CX Prestige et doit être de valeur considérable pour les ventes aux enchères. Elle ne doit pas non plus être couteuse en matière de réparation et d’entretien. Elle doit vraiment être agréable à conduire.

Le phénomène Youngtimer est vu sous certains angles comme une passion générationnelle, car les clubs d’amateurs de ce genre de modèle est généralement composé de trentenaires et de quadragénaires. Citroën est la marque la plus appréciée, Renault aussi pour ses modèles turbo, BMW avec ses séries M et Mercedes pour ses beaux cabriolets. Les Jaguar sont également assez bon marché (accessibles à partir de 5000 euros), la XJS est très rare (avec son capot sans fin), car elle est produite en seulement 110 000 exemplaires en 21 ans.

Les autos des années 80 ou 90 sont ainsi appelées des Youngtimers, car elles font partie de l’élite de demain (les collectors de demain), des sportives qui deviennent des « classic ». Elles sont populaires, accessibles et adaptées pour un usage quotidien à l’exemple de la Golf 1 GTI et de la Ferrari F355.

Voici quelques exemples de Youngtimers :

•    La Jaguar XJS : conçue dans les années 70, elle possède une boite auto V12 et un style à l’américaine, elle est accessible à moins de 10 000 euros
•    La Mercedes 500 SL : c’est une V8 cabriolet avec un poids au dessus de la moyenne, une boite auto 4 vitesses un peu lente avec un freinage pas très endurant. Le modèle est par contre très séduisant avec sa suspension hydraulique modifiée en classique quelques années plus tard
•    La Porsche à moteur avant : elle est accessible à moins de 20 000 euros pour les 24 ou 44 atmosphériques. Tous les modèles ont été élaborés et construits à Stuttgart. La Porsche turbo 928 domine sa catégorie en version de base ou en version S. Elle est gourmande, attirante, passionnante et très atypique, ce qui lui vaut le prix de la voiture de l’année en 1978

Et des exemples de voitures de collection :

•    La Ferrari 250 GTO de 1962 : considérée comme la plus chère et la plus convoitée au monde Ce modèle s’est vendu aux enchères à plus de 38 millions de dollars en 2014. Elle combine style, caractère et performance
•    La Bugatti type 57 de 1937 : elle fait partie des plus chères et des plus élégantes du monde avec son coupé sport. Un exemplaire peut être vendu à plus de 3 millions d’euros dans un salon automobile
•    La Mercedes Benz 300 SL de 1954 : considérée comme une légende avec ses portes pavillons, elle peut être vendue aux enchères à environ 4 millions de dollars
•    La Ferrari F40 : dernier modèle du fondateur Enzo Ferrari, elle s’acquiert à hauteur de 700 000 euros
•    L’AC Shelby Cobra de 1961: de moteur américain et de carrosserie anglaise, elle est reconnue pour ses courses à grande vitesse. Elle s’évalue à hauteur de 600 000 euros

Visionnez les meilleures photos d’Aissa Hamada.

L’entretien de ces autos de prestige conseillé par Aissa Hamada

L’entretien d’une voiture permet de la maintenir en bon état, que ce soit pour l’une ou l’autre des catégories dont on a parlé. Un bon entretien permet de conserver la carrosserie, le moteur et l’intérieur en parfait état.

La vidange régulière du moteur selon le kilométrage ou une fois par an est de mise. La durée de vie des pièces dépend essentiellement de la bonne lubrification du moteur, car il est primordial d’utiliser des huiles adaptées (ou des lubrifiants spécifiques) aux modèles collectors, tels que ceux construits entre 1930 et 1980.

Avoir de bons pneumatiques est également très important. Des usines comme Michelin proposent des pneus, des chambres à air et des valves adaptés à ces bijoux. Les pneus doivent toujours être à la bonne pression.

La surcharge est à éviter, car ces véhicules ne sont pas faits pour rouler de manière excessive. Les pneus, les suspensions ou les freins ne peuvent pas supporter de lourdes pressions.

La protection de la carrosserie, du moteur et des cuirs est aussi de mise en utilisant des produits appropriés et de qualité.

Suivez quelques conseils d’entretien :

•    Graissez souvent les pièces mécaniques
•    Montez l’auto sur chandelle, au lieu d’un cric
•    Vérifiez les niveaux de liquide de manière régulière (surtout ceux du radiateur)
•    Evitez de rouler avec un réservoir presque vide afin de limiter les impuretés
•    Faites le plein si vous devez laisser la voiture se reposer pendant un moment

Certains ateliers en France proposent leur restauration et leur réparation, ils peuvent par exemple s’occuper de l’Alfa Romeo, de la Citroën 2CV, de la Jaguar, de l’Austin-Healey, de la Delahaye, de la Panhard, de la Simca ou de la Renault 8 Gordini, particulièrement apprécié par Aissa Hamada (voir son profil).

Le carburant qui leur est adapté

Le meilleur carburant à utiliser pour ces carrosses de luxe est le SP98. Il est universel, performant, un peu plus cher que les autres avec quelques additifs bien utiles.

Le SP95 peut être utilisé dans la plupart des moteurs ayant un rapport volumétrique inférieur à 8/1 sur moteurs atmosphériques, mais il comprend 5% d’Ethanol (produit qui tend à ramollir certains carburateurs). Le SP95-E-10 est à éviter au maximum, car il contient 10% d’Ethanol et l’E85 avec ses 85% d’Ethanol est à proscrire totalement.

Le SP98 est donc le carburant idéal pour les collectors. Il bénéficie d’une formule riche avec un taux d’octane élevé, ce qui permet de garder le haut moteur propre et à passer les contrôles anti-pollution sans le moindre souci.

Aissa Hamada confirme que les additifs de ce type de carburant ne sont pas non plus à délaisser (protection des sièges de soupape, ce qui peut agir fortement sur les anciens moteurs jamais refaits).

Véritable engouement autour d’elles

Partout dans le monde, sur les 5 continents, ces bolides de luxe sont en plein essor. Elles connaissent un succès fulgurant, quand bien même leurs prix rivalisent avec les prix des grandes œuvres d’art.

Les Américains et les Européens sont classés parmi les plus grands collectionneurs, mais cette dernière décennie voit naitre une nouvelle génération d’acheteurs aux moyens illimités (les nouveaux russes et les nouveaux chinois). Ils n’attendent que le lancement des enchères pour faire valoir leur fortune.

Plus les acquéreurs se multiplient, plus le prix augmente pour voir se créer plusieurs garages et sociétés afin de vendre et importer les pièces des véhicules. Les marques les plus sollicitées sont MG, Triumph et Jaguar qui représentent plus de 12% du marché en France.

La clientèle des autos anciennes devient ainsi très variée et ne se limite plus aux seniors. Les jeunes de 16 ans et plus s’y collent dorénavant.

Les connaisseurs montrent un réel engouement pour les anciens modèles. Chaque modèle d’une marque donnée qui suit celui plus ancien peut prendre de la valeur dans les années à venir, les voitures qui atteignent leur trentième année prennent de la valeur, comme les R5, la Renault Fuego, la Peugeot 205, etc., exemples cités par Aissa Hamada.

Le prix

La côte de ces anciennes mais prestigieuses autos ne fait que grimper au fil des années (de la Ford Mustang au Combi Volkswagen, en passant par la 2CV). Plus de 800 000 d’entre elles se trouvent en France.

Certains modèles sont accessibles aux acheteurs plus modestes et d’autres bolides de luxe sont accessibles à une frange de millionnaires. Les prix sont soumis à des critères bien précis.

Les prix sont fixés lors des ventes aux enchères et en fonction des côtes des véhicules avec des côtes de référence qui sont fondées sur deux catégories de facteurs. Le premier rapport concerne la motorisation, le modèle, l’état du véhicule, la rareté du kilométrage, etc. et le second se compose de la demande des aficionados. Les estimations des prix des véhicules sont ainsi établies par des experts.

La restauration des véhicules joue un rôle prépondérant dans cette estimation des prix. Certains de leurs éléments doivent être d’origine pour augmenter leur valeur (les sièges, la transmission, etc.).

L’origine de l’auto est également importante pour déterminer une fourchette de prix adéquate, car celles fabriquées en France sont les plus prisées du fait qu’elles sont rares à être encore en circulation.


D’autres critères sont aussi suivis de près comme les personnalités historiques : pilote de course, star, homme politique, etc. ayant conduit la voiture.

Leur prix peut valoir 40 000 euros en moyenne, commente Aissa Hamada sur Twitter. La Fiat 500 est la voiture la plus recherchée parmi ces objets rares, ensuite la 2CV, puis vient la coccinelle.

Certains carrosses d’avant-guerre sont vendus à des prix extravagants comme le cas de la Bentley, de la Bugatti, de l’Alfa Roméo, etc. Les grandes voitures françaises en forme de goutte d’eau sont également très populaires aux Etats-Unis à l’instar de la Delahaye, la Figoni et la Falaschi. Leur prix de vente avoisine les 5 à 6 millions de dollars.

Les bolides ayant participé à des évènements comme le Tour Auto voient aussi leurs prix augmenter, comme par exemple la 2CV vendue à 70 000 euros, la Citroën SM restaurée à 160 000 euros et la DS 23 berline à 185 000 euros.

Les marques françaises connaissent une flambée de prix comme c’est le cas pour la Facel-Vega HK 2 qui est passée de 80 000 euros à 240 000 euros en 6 ans ou des Alpines qui valent 200 000 euros aujourd’hui.

Certains experts recommandent l’achat d’une Ferrari 308 polyester (tout premier modèle des 308 sorti en 1975-1976) construite en seulement mille exemplaires ou d’une Renault 5 Turbo 1 qui a remporté plusieurs rallyes en son temps. Elles valent entre 40 et 60 000 euros. Une Aston Martine DBS des années 70 peut également valoir entre 70 et 100 000 euros, une Jaguar Type E coupée peut être vendue entre 80 et 110 000 euros.

Celle qui est la plus chère au monde est la Lamborghini. Son acquisition demande d’être multimillionnaire, mais qui ne connaitra pas de limites de vitesse, ni de problèmes de stationnement.


Les fourchettes de prix sont les suivantes selon les recherches effectuées par Aissa Hmada :

•    La Fiat 500 peut s’évaluer entre 6 000 et 8 000 euros, la Citroën 2CV des années 60-80 peut valoir entre 7 000 et 9 000 euros, la Volkswagen Coccinelle peut se vendre entre 7 000 et 25 000 euros, la Citroën DS peut être comprise entre 8 000 et 35 000 euros et la Citroën Traction AV peut s’étendre entre 12 000 et 40 000 euros
•    La Ford Mustang de 64-69 peut valoir entre 20 000 et 45 000 euros, la Chevrolet Corvette des années 60 est comprise entre 50 000 et 75 000 euros, la Porsche 911 de 60-70 peut s’évaluer entre 50 000 et 350 000 euros, la Renault Alpine A110 Berlinette peut être estimée entre 55 000 et 120 000 euros et la Jaguar Type E peut se vendre entre 70 000 et 12 000 euros

Investir dans les voitures de collection

Ce sont des placements financiers très sûrs, affirme Aissa Hamada. De nombreux investisseurs achètent ce genre de véhicule pour y placer leur capital. Leurs prix grimpent aussi à cause du marché, c’est le cas de la 2CV et la DS.

Les passions pour certains se transforment en investissement pour d’autres, ce qui ne fait qu’arranger les salons des enchères.

L’investissement dans ce domaine a connu une augmentation de 395% depuis 2002, se plaçant ainsi devant les œuvres d’art, les vins bonifiés et les montres de collection.

Les taxes sur la plus-value à leur revente ne sont pas pris en compte dans le calcul de l’ISF, tout pour plaire aux investisseurs surtout lorsqu’ils misent sur une Ferrari.

La 250 GTO est une Ferrari très rare avec un historique de course extraordinaire. Elle est considérée comme une œuvre d’art industrielle, car elle est produite à l’époque en seulement 39 exemplaires.

Les prix ne flambent pas seulement pour les véhicules  populaires (Aston Martin, Ferrari, Bentley, Porsche, etc.), mais aussi pour ceux au palmarès prestigieux, comme la Citroën Xsara WRC avec laquelle Sébastien Loeb a remporté plusieurs rallyes.

Les voitures recherchées sont aussi celles remplies d’histoire comme l’Aston Martin DB5 de James Bond vendue à 500 000 euros, mais qui peut aujourd’hui valoir près de 650 000 ou 700 000 euros.

Les marques sont également prises en compte, on peut citer la Ferrari, la Mercedes, la Jaguar, la Bentley, la Corvette, la Lotus, la Maserati des années 1950-1960 ou encore la Bugatti, la Delage, la Delahaye, la Talbot, la Citroën DS et la 2 CV. Elles deviennent ainsi des valeurs refuges et de plaisir. Ce marché vaut aujourd’hui près de 55 milliards de dollars.

Ces autos de luxe voient leurs prix exploser grâce notamment à leur originalité, leur esthétique, leur technique, leur prestige, leur palmarès, leur rareté et l’histoire de la marque, comme par exemple la Porsche 356 A qui vaut 3 à 4 fois plus maintenant.

L’exclusivité est le critère le plus alléchant, car plus c’est rare, plus les envieux sont nombreux. La Bugatti Royale se vend entre 30 et 50 millions d’euros, car elle est construite en seulement 6 exemplaires.

L’état du véhicule est également important. Il faut donc avoir des pièces d’origine et mettre l’accent sur l’entretien, prévient Aissa Hamada.

Les critères de sélection des voitures de collection dans lesquelles investir:

•    Si l’automobile est âgée de plus de 20 ans, mais qu’il s’agit d’une série limitée à 1 000 exemplaires
•    Si l’automobile est âgée de plus de 25 ans, mais qu’il reste moins de 2% du même modèle encore en circulation
•    Si l’automobile connait une histoire palpitante
•    Si elle a appartenu à l’époque à un personnage connu
•    Si elle présente un palmarès sportif exceptionnel

Les Youngtimers (la Peugeot 205 GTI est la plus recherchée) sont également de bons moyens d’investir dans l’automobile.

Les voitures de collection connaissent un essor fulgurant, notamment à cause de leur régime fiscal particulier. Elles doivent effectuer un contrôle technique tous les 5 ans (ce qui est différent des voitures ordinaires). Une exonération de 5 000 euros de la plus value du régime général est attribuée au vendeur lors de la revente du véhicule si l’acheteur est un musée. Un taux de TVA réduit à 5,5% ou à 0% pour un véhicule importé de la zone UE et une exonération des droits de douane.

Les investisseurs (aux grosses fortunes) doivent avoir en ligne de mire les voitures sorties entre 1960 et 1980, telles que la Ferrari GTO, la Maserati Gransport, la Mercedes 300 SL papillon, etc.

Les acheteurs aux gains modestes peuvent se concentrer sur les voitures construites entre l’après-guerre et le milieu des années 1980, qui sont vendues à des prix raisonnables (entre 10 000 et 50 000 euros) et en parfait état avec l’avantage de pouvoir rouler.

Quelle que soit leur catégorie, elles doivent être bien entretenues pour pouvoir monter en valeur, tant au niveau de l’apparence que de la mécanique.

Une préférence doit être mise sur celles conservées dans leur état d’origine sans changement d’embrayage, de système de freinage et surtout de moteur.

Une grande tendance est aussi les sportives anciennes (1980 à 1987), car elles sont moins recherchées et donc financièrement abordables, elles sont bien parties pour devenir des voitures collection à leur tour. Si un investisseur achète ce genre de modèle, il prépare un Retour sur Investissement d’une durée de 10 à 15 ans.

La Renault 5 Alpine, la Renault 5 Alpine Turbo, la Renault Super 5 GT Turbo, la Volkswagen Golf GTI, la Lancia Delta S4, la Golf GTI 1800 et la 250 GTI 1,6 et 1,9 sont des exemples d’investissement à long terme.

D'autres articles d'Aissa Hamada

La Rolls Royce Sylver Cloud

Les passionnés de voiture de collection

La R8 Gordini, un mythe